Les meubles   

 
Sceau blason




Retour au sommaire héraldique

[ Cette marque rouge «  | (liseré de marge)» dans la marge, indique les paragraphes nouveaux ou modifiés. ]


Retour au sommaire héraldique   
Retour à la page d'accueil   



puce lion dragonné

1. Définitions et usages

En héraldique, on appelle « meuble », toute figure dite mobile, à contrario des pièces dont les positionnements sont définis. En effet, les meubles peuvent être placés indifféremment sur une partition ou sur une pièce et à n'importe quel endroit de ceux-ci.
Vous l'aurez compris, il s'agit de figures (dessins) qui seront appliquées sur l'écu. Ils peuvent être intégrés à l'écu (cousus) ou bien superposés à un élément et dans ce cas on dira qu'ils sont brochants.

Les meubles en l'héraldique, sont définis comme tels de par leur utilisation ancestrale ; de la simple silhouette unicolore à la figure maçonnée plus complexe.
il n'y a pas de limitation dans les formes et aucune règle n'interdit un meuble en particulier. On peut donc trouver n'importe quel objet ancien ou contemporain (voiture, fusée héraldique, fusée spatiale, ...)
Dans ce domaine, l'héraldique suit un mouvement historique et contemporain, c'est à dire qu'en fonction de l'époque, on retrouvera plus régulièrement tel ou tel meuble, et celui-ci dessiné dans le style de son époque. C'est au fil du temps que la famille des meubles s'agrandit et se normalise parfois.
Les généalogistes et les archéologues utilisent également le style graphique du dessin pour les aider à dater leurs découvertes.

Par contre, le style doit (devrait) rester épuré pour conserver une « éthique » Héraldique.
Un dessin photo-réaliste, non comptant de gâcher (à mon sens) l'esprit héraldique, il en supprimerait l'essence (le pourquoi elle a fait son apparition).
Tout comme les logos et les pictogrammes, même s'il sont dessinés sur un écu, ce ne sont pas des blasons.

Quelles autres caractéristiques peut-on attribuer aux meubles ?
Par défaut, un meuble doit couvrir la plus grande surface de l'écu, tout en conservant un aspect esthétique, ce qui explique que parfois, surtout sur les blasons anciens, la figure soit déformée sur la pointe de l'écu !
Mais on peut aussi trouver plusieurs meubles identiques ou différents dans la composition d'un blason. Leurs tailles et leurs formes s'adapteront alors à l'endroit où elles seront placées (partitions, répartitions ou pièces).

Lorsque les meubles sont de petites tailles et placés à répétition, il y a deux possibilités. Soit ceux-ci tiennent en entier (tous complets) sur le champ de l'écu et on dira qu'ils sont « en nombre », soit ils se retrouvent coupés sur les bords de l'écu et on dira qu'ils sont « sans nombre ».
Ceci est important pour la future lecture du blason.
En effet, dans le premier cas on devra les compter et on dira que le champ de l'écu est chargé de X « nom du meuble ». Ceci est valable pour toutes les autres surfaces comme les partitions, les répartitions, les pièces et les meubles.
Dans le second cas, lorsque les meubles sont « sans nombre », on dira que la surface est « semée » de « nom du meuble ».

Effectivement, les meubles peuvent eux aussi revêtir n'importe quel émail, voire être composés de plusieurs émaux s'ils sont découpés suivant un motif de répartition particulier comme l'échiqueté, le burelé, ... (voir les répartitions et les rebattements), ou encore chargés d'un autre meuble.
Toutefois, la règle des émaux doit être respectée. Ce serait une erreur de trouver un lion de gueules sur un champ d'azur (rouge sur fond bleu) !
Cependant, les attributs de la figure ne tiennent pas compte de cette règle. Par attributs, il faut comprendre tout élément composant ou complémentaire au meuble. Par exemple, suivant l'animal il pourra s'agir de ses griffes, sa langue, sa queue, ses oreilles, ses dents, de son colier, de sa clochette, etc. qui pourront être de l'émail du champ.


Retour au sommaire   



puce lion dragonné

2. Les meubles symétriques

Le plus simple est le carré ou le carreau. Comme tout meuble, il peut être placé n'importe où sur l'écu, en nombre ou sans nombre.

Le meuble le plus employé de cette catégorie, est sans nul doute le disque. Celui-ci possède de surcroît une particularité dans son appellation : il se nommera « Besant » s'il est de métal (relatif à une ancienne monnaie Byzantine). Le besant est d'or par défaut, si on ne précise pas son métal.
On peut donc rencontrer un « besant d'argent » et parfois on le trouvera sous l'appellation « plate », mais uniquement s'il est d'argent.
Enfin, ce sera un « Tourteau » s'il est d'une couleur, donc d'un émail autre qu'un métal.
Le disque peut également être combiné de deux émaux dont je vous laisse découvrir les appellations dans le tableau ci-dessous :

Tourteau-besant, il se pose obligatoirement sur un métal. Il n'y a pas de couleur ni de métal par défaut.
Le permier émail est donc une couleur.
Besant-tourteau, il se pose sur un émail autre qu'un métal. Il n'y a pas de restriction dans l'utilisation des couleurs ou des métaux.
Le permier émail est donc un métal.

Voici un tableau non exhaustif des meubles que l'on peut trouver :
 
tourteau Tourteau. Il est de couleur rouge par défaut, mais peut prendre
n'importe quelle couleur (attention pas de métal).
annelet Annelet de gueules (rouge) ;)
besant
plate
Besant, d'un métal (or ou argent). De couleur or, au naturel.

Plate s'il est d'argent.
annelet Annelet
losange Losange, sa taille doit permettre de composer trois lignes de trois colonnes. fusée Fusée, de rapport 3 pour 1 à partir du XVème siècle.
macle Macle, c'est un losange évidé suivant sa forme. rustre Rustre ou ruste, c'est un losange percé ou rempli en rond.
D'argent et d'azur.
billette Billette, rectangle dont la taille est de 1 pour 2. billettes Billettes, couchées ou renversées. Vidées ou percées.

triangle Triangle, se doit d'être isocèle. dent Dent
triangle évidé Triangle vidé. On peut trouver la dénommination de delta. étoile à 6 branches Molette. Partie d'un éperon, elle est percée en son milieu.
étoile à 5 branches Étoile. Elle comporte 5 rais (branches) par défaut.
La pointe est orientée vers le haut, sans quoi elle seraît qualifié de versée.
étoile à 6 branches Étoile à 6 rais. Un autre type d'étoile. À partir de 6 branches on énumère le nombre de rais...
frette Une frette. C'est un élément du fretté. fretté Fretté. Toutes les bandes se poursuivent jusqu'au bord de l'écu.
frette Une frette. Parfois on la rencontre sous cette représentation. treillissé Treillissé. Sur la base du fretté, lorsque le nombre de pièces augmente, ce sera un treillissé et non plus un fretté.


Retour au sommaire   



puce lion dragonné

3. Les figures « classiques »

Les figures classiques, ou encore appelées figures propres ou naturelles sont les plus communes, les plus connues et souvent les plus anciennes...
Effectivement, qui ne penserait pas tout de suite au lion, à la croix (chapitre des pièces) et à la fleur de Lys (ou lis) ? ;-)
Ces meubles ne sont pas les seuls « classiques » de l'héraldique, mais bien les plus connus. Ces figures possèdent de nombreuses variantes dont chacune a sa propre dénomination ; du lion au léopard en passant par le lion léopardé... Attention au piège... : voir le paragraphe suivant.

Le lion, « le roi des animaux ».
Il l'est également en héraldique ; excepté vis à vis des volatiles où l'aigle lui vole ce titre face aux oiseaux.
Le lion est aussi appelé « Léo » ou « Léon » pour le lion Léon d'Espagne. En tant que meuble, il est par défaut rampant, c'est à dire comme le montre l'image à gauche de ce texte, dressé sur les pattes arrières. Attention ce n'est pas dans le sens de ramper mais dans le sens d'attraper, saisir, (du latin : rapere).
Les autres attitudes seront définies dans le chapitre « Les formulations associées aux figures ».

Le lion est presque toujours représenté dans des postures stylisées. Suivant sa posture, le lion se fera appeler soit lion, soit léopard, mais il s'agit bien du même animal. Si on veut éviter d'utiliser le nom de léopard, il faudra décrire le lion en deux parties : son corps et sa tête. Un lion, corps et tête de profil conservera sa dénomination, par contre il prendra celle de léopard si sa tête est de face.
Moins réglementé, mais tout aussi présent, le lion en tant que support pour les armoiries.



 
lys argent fleur de lys La fleur de lys (ou lis) existe sous une multitude de variantes, elle est plus ou moins stylisée et n'a cessé d'évoluer jusqu'aux alentours du XIVème siècle où elle s'est « stabilisée ».
Concernant l'origine de sa forme initiale, deux idées se défendent : lis végétale ou pointe de lance... (?)
En tout état de cause, la fleur de lys est la figure qui sera utilisée sur les bannières et les blasons pour représenter les armes royales. Dans un premier temps, fleurdelisées, puis ramenées à trois fleurs de lys par Charles V en 1364.

lys or fleur de lis fleur de lis à deux traits fleur de lys lis or



 
L'aigle a très souvent été utilisée comme le symbole de l'empire (*, Romain, Germanique, etc.). On la retrouve également sous plusieurs formes et dispositions. Elle peut également être bicéphale (à deux têtes) ou tricéphale.
Une petite précision ; l'aigle héraldique est féminine.
Ce sera tout de même l'animal utilisé en seconde position après le lion ! Tout comme celui-ci, elle représente la force et le pouvoir.


Retour au sommaire   




puce lion dragonné

4. Les formulations associées aux postures des figures

Avant tout, il faut rappeler que le remplissage des surfaces des animaux, comme tout autre meuble, peut être fait de n'importe quel émail, ils peuvent aussi être partitionnés et composés de rebattements (parti, échiqueté, burelé, semé de ... , etc.) ou chargé d'un autre meuble plus basique.

Je pourrais commencer par : « à chaque animal (à chaque figure), son vocabulaire ! ». Mais heureusement, une majorité de termes s'appliquent à plusieurs d'entre-elles.
Commençons par les postures les plus communes qui fonctionnent avec beaucoup d'animaux, comme le lion. Donc ; le « fauve » peut être :
 

lion rampant
Rampant
lion sautant
Sautant
lion regardant
Regardant
C'est à dire se tenant sur ses deux pattes arrière, cherchant à agripper, attraper, quelque chose (ou quelqu'un ;-)). Peut-être cherche t-il à s'élever... Ne pas le confondre avec la figure précédente, ses deux pattes avant sont ensemble et les pattes arrière rapprochées. Il regarde de l'autre côté ;-) (ici, à senestre). Attention son corps reste orienté à l'opposé de la tête.
lion passant
Passant
lion couché
Couché
lion dormant
Dormant
lion arrêté
Arrêté
lion assis
Assis
lion accroupi
Accroupi
À chacune de ces postures on peut lui adjoindre la troisième caractéristique, c'est-à-dire « regardant ». Par exemple, on obtiendra après retournement de la tête : un lion assis regardant, un lion arrêté regardant, etc.
Dans le même ordre d'idée, d'autres modifications peuvent avoir lieu, mais elles seront précisées, comme dans « un lion assis, la patte dextre, levée ».
Une particularité héraldique entre apperçu dans l'introduction ; si le lion a la tête de face, on parlera de léopard et non plus de lion. Exemples : léopard (lion passant, la tête de face), léopardé (lion passant, la tête de profil), léopard lionné (lion rampant, la tête de face). Il y a quelques divergences à ce propos entre certains héraldistes, mais il s'avère que la terminologie la plus juste est bien liée à la disposition de la tête, de face ou de profil et non à la disposition du corps. On peut ajouter que normalement un léopard n'a pas de crinière. Cependant ce n'est pas un élément de renonciation au titre de léopard, car il s'avère que les artistes ou dessinateurs de toutes époques laissent leur talent s'exercer librement... ;-)


[Nous verrons dans la partie lecture des blasons d'autres variations sur les figures...]

La première posture (rampant), est une posture très souvent utilisée dans la représentation par défaut d'un animal (mais pas tous). Par contre, pour cette même posture, on pourra rencontrer un vocabulaire plus spécifique en fonction de l'animal concerné. Ainsi on dira d'un cheval ou d'animaux de la même famille (licorne, pégase) qu'ils sont cabrés (acculés ou forcenés) en lieu et place de rampant. Un cerf sera dit saillant, un taureau est furieux, etc.
Dans une posture plus allongée, on trouvera chez le chien et le cheval la dénomination courant plutôt que passant, mais le cerf sera dit élancé... :-)) Il y a énormément de vocabulaire à ce sujet et je ne puis tout mettre.
Pour les bêtes ailées, on trouvera des ailes éployées (déployées) ou abaissées.

Que peut-il encore arriver à nos pauvres bêtes ? On peut les démembrer, leurs adjoindre un ou plusieurs objets ou artéfacts : auréole, ailes pour des quadrupèdes, colliers, médailles, couronnes, clochettes, carapaces ou manteaux...
lion démembré
Démembré
lion ailé
Ailé
lion auréole
Auréolé
N'oublions pas les bêtes à deux têtes, dites bicéphales, le plus souvent les aigles, mais aussi les lions et d'autres animaux (chiens) qui s'y prêtent volontiers. Il existe bien évidemment des êtres tricéphales, comme l'aigle ou le dragon. Je dirais que la limite en nombre de têtes s'arrête à l'hydre avec ses huit têtes. On peut aussi penser au Cerbère, chien tricéphales gardien des Enfers dans la mythologie gréco-romaine.
Les têtes seules ont également leur vocabulaire propre, je citerais par exemple un « massacre de cerf » (cerf en général), il s'agit des os formant la tête de l'animal et posée de face.
Mais lorsque la tête est de chair et de face, on la nommera « rencontre ». Exemple : une tête de taureau de face se dit au rencontre de taureau.


Retour au sommaire   




puce lion dragonné

5. Les formulations associées aux orientations

Tous les meubles ont une orientation par défaut que je nommerais naturelle. Par conséquent, on ne blasonnera (décrira) son orientation que si celle-ci est différente.
Mais puisque nous avons commencé par le lion dans la rubrique précédente, poursuivons avec lui... :-))

lion contourné
Contourné
lion regardant contourné
Regardant, contourné
Sous-entendu « rampant et contourné » et « rampant, regardant et contourné ».

Voici un croissant, il est d'argent au naturel et ouvert vers le haut.
croissant
... à un croissant
croissant versé
... à un croissant versé
croissant tourné
... à un croissant tourné
croissant contourné
... à un croissant contourné
On emploiera plutôt renversé que versé pour un chevron ou un écu, ça dépend des figures, toutefois, c'est plus une « habitude » qu'une faute.
Lorsque les figures sont confrontées (c'est le cas de le dire) deux à deux, le vocabulaire s'adapte, ainsi deux lions face à face sont dit affrontés, lorsqu'ils sont dos à dos on dira qu'ils sont adossés.

Mais attention, car par rapport à la figure précédente, la position naturelle n'est pas la même, ceci implique que le vocabulaire employé va être différent pour une même conformation. Qu'est-ce qui vaut mieux qu'un long discours ? L'analyse des deux tableaux suivants : ;-)

lions affrontés
Affrontés
lions adossés
Adossés

et

croissants
... aux croissants affrontés-tournés
croissants acculés
... aux croissants acculés
croissants affrontés
... aux croissants affrontés
croissants adossés
... aux croissants adossés


Retour au sommaire   




puce lion dragonné

6. Les formulations associées aux attributs

Voyons, ... et si nous commencions par l'attribut le plus courant ?
Dans 99% des cas, les bêtes et les humains ont une tête ! ;-)
tete de griffon
(normale)
Pour le dessin de gauche, on dira : « ... à la tête de xxx (ici griffon) », par contre celui de droite, on précisera : « ... à la tête de griffon arrachée ». La distinction se voit à la coupure nette ou non de la base du col. À ce propos, si il y a une longue partie du col (du cou) avec la tête (haut du buste), on pourra blasonner : « ... tête et col de griffon arrachés ». tête de griffon arrachée
Arrachée

Lorsque la tête, le buste ou le buste avec la partie supérieure de l'animal sont accolés à une pièce ou à un objet, on dira que l'animal (ou : à la tête de ...) est issant. Exemple : « De gueules, à la fasce d'argent, au lion issant de sable ». Dans ce cas on devraît retrouver la tête de l'animal, ses deux pattes antérieures et le haut de la queue (un lion rampant coupé horizontalement, donc « coupé » ;-)).
Par contre, si ces même éléments ne sont pas soutenus, on emploiera l'adverbe naissant. « De gueules, au lion naissant de sable » (sous-entendu au lion coupé).

Attention, lorsqu'il sagit d'un parti (coupure verticale), ou qu'un attribut de l'animal (une patte, le plus souvent) arrive d'un côté de l'écu, on dira qu'il est mouvant, en précisant d'où il arrive (mouvant du flanc dextre ou senestre de ...).
Comme nous l'avons vu dans le chapitre précédent il peut y avoir des « monstres » à plusieurs têtes. Or après la tête, l'attribut d'importance est la queue. On les trouvera fourchées, doublées, nouées, diffamées.
La couleur vert clair n'est ici que pour mieux appréhender les différences. Il est rare de retrouver cet appendice d'un émail différent de la figure, mais ce n'est pas interdit.

lions passant
Simple
(non blasonné)

lionqueue nouée
Queue nouée

lionqueue double
Queue double

lionqueue fourchée
Queue fourchée ou fendue

lionqueue couard
Lion couard
Ces attributs s'adaptent à toutes les postures des lions le permettant. « Au lion assis d'argent, à double queue de sinople », si la couleur de la queue est la même on optera plutôt pour cette formulation : « Au lion assis à queue double d'argent ». queue double

lion diffamé
Pour en terminer avec la queue, lorsque l'animal en est dépourvu ou que celle-ci est tronquée, il est dit diffamé.
Le lion, comme d'autres animaux (mais surtout lui) peut être affublé d'une queue d'origine étrangère, j'entends par là, une queue de dragon ou une queue de sirène. Il en deviendra un lion dragonné ou un lion mariné.

Voici maintenant d'autres attributs très caractéristiques des figures qu'on peut rencontrer. Ceux-ci sont spécifiques, mais chacun associera facilement l'animal et l'attribut qui s'y rapporte.
Ces attributs sont blasonnés (décrits) lorsque qu'ils sont d'un autre émail que l'émail général de la figure. Ainsi on trouvera « becquée de ..., à la crête de ..., lampassée de ... », etc. Parfois on rencontrera langué à la place de lampassé, surtout chez les animaux à plumes... ;o).

Voici par exemple pour des animaux à bec : griffons « D'or, à la tête de griffon arraché(e) de gueules, becqué d'argent et lampassé d'azur »,
et « D'or, à la tête de griffon de gueules, becqué de sinople et lampassé d'argent ».

À noter, que le fait de trouver un bec ou une langue de métal (ici argent) sur un champ de métal (ici or), ne rentre pas dans la règle de contrariété des émaux. Il s'agit des attributs de l'animal (idem s'il s'agit des parties d'un objet), par conséquent il n'y à pas de faute (d'enquerre).

Poursuivons avec le lion, il faut bien avouer que le lion est l'animal qui subit le plus de transformations en héraldique. :-) Donc, s'il ne possède ni dents, ni langue, ni griffes, il est nommé morné (figure 1).
Sans quoi, on blasonnera les attributs (figure 2) : oreillé, lampassé (la langue), denté (dents ou crocs), allumé (les yeux), armé (les griffes) de ... (un émail).
L'horrible figure 3 se blasonne donc : « D'argent, au lion diffamé de sable, armé et denté d'azur, lampassé de gueules, oreillé d'or et allumé de sinople ».
1lion morné 2lion armés ... de gueules 3lion diffamé ...


Retour au sommaire   




puce lion dragonné

7. Les figures fantastiques, fabuleuses et chimériques

[Quitte à éditer un bestiaire, j'y ai placé le maximum de « monstres », certains n'appartiennent pas à l'héraldique mais rien n'empêche de charger des armes actuelles avec ceux-ci.]

salamandre La Salamandre : Animal amphibien ressemblant à un lézard. Dans le monde des animaux fabuleux, les salamandres sont capables de vivre dans le feu. (Ancienne croyance).
François Ier a choisi une salamandre crachant du feu comme symbole et il en a tiré sa devise.
    Le  : ...

   À  S U I V R E . . .   

dragon Le Dragon : ...     le griffon Le Griffon : ...

cocatrix Le Cocatrix : ...     sphinx Le Sphinx : ...

hydre L'Hydre : ...     centaure Le Centaure : ...

hydre La Chimère : Un corps de chèvre avec une tête de lion et une queue de dragon.     phénix éployé Le Phénix : ...

pégase Pégase : ...     licorne La Licorne : ...



Retour au sommaire   




puce lion dragonné

8. Les autres meubles

 
D'or au Titi de sinople becqué et membré de gueules. (Celui ou celle qui trouve de quel oiseau il s'agit, gagne le droit de porter cet écu ! ;-) )

   À  S U I V R E . . .   


Il existe une très grande quantité de meubles « traditionnels » et une infinité si l'on considère tous les objets et figures imaginables... La plupart ont un nom qui leur correspond directement, par contre, d'autres ont des noms plus mystérieux...
Je nommerais :
Dextrochère (armé à droite).
Correspond à un bras, souvent le coude plié, armé d'une épée vers le haut et orienté vers dextre, c'est à dire sur la gauche de l'écu pour le spectateur. L'arme peut être différente, dans ce cas elle sera blasonnée.
Senestrochère (armé à gauche).
Idem ci-dessus, mais orienté de l'autre côté (vers senestre).

Si vous vous êtes décidé à créer des blasons, voici une collection de motifs héraldiques de très bonne qualité !
(Site commercial).



Retour au sommaire   



Retour au sommaire héraldique
Retour à la page d'accueil